Présentation| Adhérez| Actu| Activités| Agenda| Sentinelles| Publi| Archives| Vidéo| Fiches AGIR|



Inscrivez vous à la newsletter


DESSINS DE NONO

Echo des marais de juillet 2016 (n°176)
Coques en stock
dessin nono 176 bonne coke gavraise

Alors que la réglementation sur la coque limite sa cueillette de loisir à 5 kg par personne et par jour, un récidiviste a été contrôlé en possession de 60 kg de coques à Gâvres (Ouest-France du 10/05/2016). Récidiviste car l'ancien pêcheur avait déjà été pris avec 250 kg de coquillages quelques jours plus tôt. "C'est un braconnier" martèle le président du comité des pêches du Morbihan. C'est aussi peut-être un trafiquant qui mérite un pélerinage au Palais de justice, tonnerre de Brest !

 

Echo des marais d'avril 2016 (n°175)
Crise de foi
dessin nono 175 crise de foi

Les évêques de l’Ouest de la France ne se sont pas fait prier pour soutenir les agriculteurs dans la difficulté (Le Télégramme, 11/02/16). Extraits : « Nous sommes convaincus que les hommes ont la mission de faire fructifier la création de manière raisonnable et audacieuse ». Si Dieu a créé ce monde à son image et selon sa propre volonté, il faut s’interroger alors sur le pourquoi des crises des vocations et de l’agriculture. Dieu serait-il plutôt anarchiste et pro bio ?

 

Echo des marais de janvier 2016 (n°174)
Châteaux de sable
dessin nono 174 Macron sable

La compagnie armoricaine de navigation a obtenu l’autorisation d’extraire du sable coquillier au large de la baie de Lannion (Le Télégramme du 17/09/2015). Le texte, signé par le ministre de l’économie Emmanuel Macron, concédant à la CAN une zone de 4 km2, est attaqué de toutes parts. Le ministre peut rayer de sa carte comme destination de vacances les Côtes d’Armor pour y faire des châteaux de sable.


Echo des marais d'octobre 2015 (n°173)dessin nono 173 Céréales Kkiller
PAC tous les jours

Face à la crise que traversent les agriculteurs, la commission européenne a accordé une nouvelle aide exceptionnelle de 500 millions d’euro (Le Monde, 07/09/15). Présent au sein de la manifestation organisée à Bruxelles début septembre, Xavier Beulin de la FNSEA a jugé ce geste très insuffisant, il estime même que c’est « une forme de mépris ». Pour que Beulin soit gavé il faudrait que ce soit PAC tous les jours.
 


Echo des marais de juillet 2015 (n°172)
Pig Mascarade
dessin nono 172 pig mascarade
L’élargissement récent des règles auxquelles étaient soumis les élevages hors-sol (seuil de 450 places porcs porté à 2 000 ) ne suffit pas à créer  « l’acceptation sociétale » de citoyens, contraints de se baigner dans les algues vertes. Le Comité Régional Porcin a donc décidé de frapper un grand coup de com en organisant, cet été, une « pig-parade » : 15 cochons en béton, d’une tonne chacun, vont faire escale pendant 3 semaines dans 6 grandes villes de Bretagne. Lancement, début avril, à Perros-Guirrec, puis Quimper, Paimpol, Pontivy, Fougères, Rennes. Il s’agit rien moins que de « créer du lien avec les Bretons et participer à la dynamique du territoire ». 15 « artistes » ont été sollicités pour peindre les cochons. À l’arrivée, lors du salon SPACE de Rennes, en septembre, ils seront vendus au profit des restos du cœur… à qui on a d’ailleurs oublié de demander l’avis.

 

Echo des marais d'avril 2015 (n°171)
Roudourou pollué
dessin nono 171 glyphosate roudourou roundup
Les supporters de Guingamp ont découvert avec stupeur que la pelouse du Roudourou était partiellement grillée lors de la rencontre contre Dinan-Léhon (Le Télégramme du 7/01/2015). D'après les premières informations, avancées par la société chargée de l'entretien de la pelouse, le glyphosate ourrait ^tre à l'origine de cette pollution. A quand une banderole "Round Up non merci !" dans les gradins du stade ?

 

Echo des marais d'octobre 2014 (n°169)
Export
Conséquence du conflit en Ukraine, la Russie a annoncé début août un durcissement de l’embargo sur le porc européen « l’embargo russe fait peser sur notre économie agricole un danger majeur » s’alarme Guillaume Roué dans un communiqué de l’interprofession porcine (La France Agricole). En même temps si les russes décidaient de prolonger leur boycott cela aurait peut-être le mérite de faire dire à Guillaume Roué que le modèle agricole breton s’exporc mal.

 


Echo des marais de juillet 2014 (n°168)
Vol de nuit

Le ministre de l’agriculture, pour montrer sa détermination à lutter contre les pesticides, a fait installer quatre ruches dans le jardin de son ministère (Le Figaro du 29/04/14). Le ministre a sans doute gagné ainsi sa fonction de communiquant officiel du nouveau gouvernement. Il a aussi décrété qu’en période de floraison des cultures (mars à octobre), les agriculteurs ne pourront utiliser des traitements contre les insectes qu'après le coucher du soleil. Son collègue chargé du travail a intérêt à étoffer ses contrôleurs de nuit...

 



Echo des marais d'avril 2014 (n°167)
Toux
Le 24 février, un éleveur de porcs de Luitré (près de Fougères) a été condamné par le tribunal correctionnel de Rennes à 3 mois de prison avec sursis. Il avait molesté deux inspecteurs des installations classées, venus contrôler le débordement de sa fosse à lisier et des épandages en période interdite, faits pour lesquels il avait déjà été plusieurs fois verbalisé. Pour sa défense, le porcher a accusé les inspecteurs d’avoir transmis la toux à ses cochons. Une nouvelle version du sketch de Fernand Raynaud : « Cochon, pourquoi tu tousses ? »



Echo des marais de janvier 2014 (n°166)

Positivons

dessin Nono 166 autruche algues vertesFin juillet, un reporter du Télégramme (29/07/13) interviewe quelques habitués de la plage de Saint-Michel-en-Grève au sujet des algues vertes et du balai incessant des bulldozers, tracteurs et remorques de ramassage. Pour Alain « on vient ici depuis trente ans. Et ce n’est pas près de changer » Pour Francine «  les algues c’est bon pour la peau. Je marche dedans tous les jours ». Le président de l’association des commerçants, pour contrer l’image négative (« déplorable… mais on n’a pas le choix »), s’emploie à organiser chaque dimanche concours de volley, foot, pétanque, châteaux de sable et pique-nique géant avec galettes saucisses. Pourquoi pas bientôt une course d’autruches ?



Echo des marais de juillet 2013 (n°164)

Simplifionsdessin-nono-164-circulaire-Ayrault.jpg
Une instruction signée Jean-Marc Ayrault, datée du 2 avril, adressée aux ministres et préfets, stipule que « à l’exception des normes touchant à la sécurité, il vous est désormais demandé de veiller personnellement à ce que vos services utilisent toutes les marges de manœuvre autorisées par les textes et en délivrent une interprétation facilitatrice pour simplifier et accélérer la mise en œuvre des projets publics ou privés. » Savoir si les marées vertes font partie des marges de manœuvre autorisées ne touchant pas à la sécurité ? Chiens, sangliers, chevaux et conducteurs d’engins lisent attentivement la circulaire !



Echo des marais d'avril 2013 (n°163)
L’âge de Jean-Pierre

La « subjectivité du raisonnement des associations  à caractère écologique…  est pour le moins « curieux », en période de crise, le sentiment pourrait laisser croire qu’elles souhaitent un retour de la Bretagne à l’âge de pierre… » Devinez d’où provient cette attaque en règle contre les associations ? Tout bonnement des conclusions, en date du 24/10/12, formulées par le commissaire enquêteur Jean-Pierre L. chargé de l’enquête publique concernant l’extension de la société ARDO à Gourin. Fustiger les associations plutôt que d’analyser leurs observations : un nouveau créneau pour les commissaires enquêteurs



Echo des marais de janvier 2013 (
162)
Charlatan

Tenez-vous-le pour dit : M.Buson, qui, contrairement à la presque totalité de la communauté scientifique, nie le rôle des nitrates dans la prolifération des algues vertes, n’est pas un « charlatan ». Jean-Yves Piriou, chercheur à l’Ifremer, vient de se faire condamner par le tribunal d’Instance de Rennes pour avoir utilisé ce qualificatif (Ouest-France, 31/07/12) envers le directeur de « l’institut de l’environnement ». Jean-Claude Pierre avait naguère été relaxé par le tribunal de Lorient pour avoir utilisé, à propos du même, le qualificatif de « négationniste ». Nous éviterons donc tout qualificatif en rappelant ces deux décisions de justice, que nous nous abstiendrons de commenter...



Écho des marais
de juillet 2012 (160)
Jeunes

Une solution radicale contre les rassemblements de jeunes importunant le voisinage par leur consommation de drogues et d’alcool : La commune de Middlesbrough, au nord-est de l’Angleterre, a choisi l'épandage de lisier de cochons dans un bois. (AFP du 28/12/11). Des employés communaux ont d’abord élagué les arbres « afin de rendre les jeunes plus visibles ». Les habitants du voisinage « préfèrent la légère odeur du lisier aux désagréments liés à la présence des jeunes. » Les porchers bretons ont les yeux fixés sur cette nouvelle ligne bleue des Vosges.



Écho des marais de janvier 2012 (158)
Fuyard
À la mi-octobre, un sanglier avait été aperçu nageant vers l’île d’Houat. À la mi-novembre, un autre était signalé nageant vers Belle-Île. Le président de la société de chasse de Belle-Île déclare qu’il n’est pas question de l’abattre sans plan de chasse: « Aujourd'hui, nous sommes seulement habilités à tirer avec du plomb traditionnel sur du petit gibier. » (OF 22/11/11). Deux rescapés de l’été dernier à Morieux ? Effrayés par les algues vertes ou par la partie de foot ?


Écho des marais de l'automne 2011 (157)


Écho des marais  de l'été 2011 (156)
Caillebotis

Le nouvel évêque de Saint Brieuc, « touché par la crise porcine » a longuement visité une maternité porcine collective de 909 truies à Hémonstoir (Télégramme 22 du 6/04/11). Il a sans doute oublié que Jésus était né sur la paille.

 
dessin nono


Écho des marais  du printemps 2011 (155)

Dinde

La cuisine inspire décidément nos poètes. Une publicité des éleveurs de porcs bretons -signée « cochon de Bretagne »- parue dans la presse régionale fin 2010, nous incite à arrêter de « fourrer la dinde » pour nous convertir au cochon de Noël. Ce transfert audacieux ne précise pas qui, dans l’affaire, fera le dindon.
dessin nono

Écho des marais  de l'hiver 2010/2011 (154)

Panique

 
À Pléguien, deux avions militaires volant à basse altitude ont eu la peau de 4 800 poulets de dix semaines, morts étouffés. L'élevage hors-sol en comptait 68 000 (O-F 26 août 10). Nous sommes certes pour la diminution du cheptel, mais pas au point de souhaiter que les militaires s’y mettent !
dessin nono

 

Écho des marais  de l'été 2010 (152)

Participation

dessin nonoLa Cooperl de Lamballe reconnaît, le phénomène est nouveau, sa part de responsabilité dans la prolifération des algues vertes. « En tant que leader national de l’élevage porcin, nous sommes en partie responsable du phénomène des algues vertes auquel nous avons toujours été sensibles » a déclaré Franck Porcher, directeur de la branche industrie de l’environnement de cette coopérative (Le Penthièvre du 22 avril 2010). La Cooperl vient de mettre au point un procédé assurant la déshydratation des algues, avec diminution de leur volume par 10. Le seul hic, c’est le prix du traitement : 100 à 120 euros la tonne, à comparer aux 40 euros que coûte le stockage. La responsabilité n’a pas de prix.

 

 

Écho des marais Printemps 2010 (151)

Concepts

On accolait jusqu’ici au terme d’« agriculture » les différents qualificatifs de « traditionnelle », « productiviste », « biologique », « raisonnée » … L’éditorialiste du Paysan Breton vient de pondre un nouveau concept (P-B du 13/11/09) celui d’agriculture « conventionnelle ». Un mot bien rassurant, évoquant l’idée d’un accord entre partenaires. De quelle convention s’agit-il ? Celle passée entre le paysan et le consommateur ? A lire le contenu de l’édito, on s’aperçoit qu’il s’agit de celle unissant l’agrobusiness et son obligé : l’exploitant agricole, « diabolisé » par tous les ignares, proportionnellement « au degré de méconnaissance du métier et au simplisme du raisonnement » ! Ce nouveau concept ne devait pas être totalement satisfaisant pour la profession, puisqu’un mois plus tard, cinq partenaires agricoles de Bretagne (coopératives, union des producteurs de viandes, chambre régionale, FRSEA) lors d’une réunion consacrée aux algues vertes, ont créé une nouvelle association (CAP), et lancé un nouveau concept, celui « d’agriculture positive ». (O-F et Télégramme du 16/12/09)…
A ne plus savoir où donner du concept !


 

Écho des marais Hiver2009/2010 (150)

Toilettes

Les quarante ans de notre association, dans le parc majestueux de Gestel, y ont été de leur petite note surréaliste. La façade du château, nouvellement restaurée, mais sans menuiseries aux fenêtres et sans planchers derrière, évoquait les décors en carton-pâte d’un opéra de quatre sous. Juste devant, deux toilettes sèches trônaient, rappelant à ceux qui auraient été tentés par la vie de château, des contingences plus prosaïques. Eau et Rivières a encore du chemin à faire avant de goûter aux fastes des porcelaines de la république.

 

Écho des marais Automne 2009 (149)

Pas rassurant

Les marées vertes, pas un problème pour le Comité Régional du Tourisme (CRT). Son directeur, M. Dodds, a adressé début septembre à tous les offices de tourisme de Bretagne, un message électronique destiné à “rassurer" ! Pas question pour cet honorable comité “d'alimenter la polémique" pendant que toute la presse internationale évoquait les marées vertes bretonnes et leurs dangers pour la santé publique ; le C.R.T. s'est donc caché dans le sable et n'a donc pas “souhaité faire de communiqué à la presse". Mais pour que toutes les structures touristiques "tiennent le même discours rassurant", il s'est fendu d'un argumentaire particulièrement travaillé dont voici quelques extraits : “les touristes ne prennent aucun risque en allant sur les plages accessibles au public... l'incident impliquant le décès d'un cheval est très rare... les concentrations d'algues vertes en décomposition sont faciles à identifier et à éviter...". Nous voilà rassurés, sauf sur un point : la lucidité et le courage de tous ces éminents responsables touristiques bretons qui comme l'autruche, préfèrent mettre la tête dans le sable.dessin nono png


Écho des marais de l'été 2009 (148)

Mémoire
Pour ceux qui se souviennent : dans son numéro de décembre 1998, la revue Science et Vie titrait sur un péril breton lié à la grippe : « le virus mortel viendra-t-il de Bretagne ? ». Une enquête très documentée auprès du centre de recherche Ploufragan (CNEVA) concluait qu’une forte concentration d’élevages porcins ainsi que de poulaillers risquait de donner jour à un virus grippal mortel, transmissible à l’homme. La prophétie se réalise 11 ans plus tard. Pour notre vaine, c’est le Mexique qui a décroché le jackpot.

 


Écho des marais Printemps 2009 (147)dessin Nono

Ruisseaux pharmaceutiques
D’après plusieurs études scientifiques internationales convergentes (le Monde du 3/02/09), nos ruisseaux seraient devenus de vraies pharmacies à ciel ouvert. La France, en quatrième pays consommateurs de médicaments, est bien placée pour délivrer sans ordonnance dans ses rivières antibiotiques, anticancéreux, analgésiques, antidépresseurs, anti-inflammatoires et hormones de toutes sortes. Enfin une solution à la pénurie de médecins en milieu rural : suffit d’aller faire trempette à la rivière.


 

Écho des marais Hiver 2008 (146)

Pieds de Porcs
dessin de NonoConnaissez-vous le « club des amis du cochon » dont les adhérents doivent « témoigner de leur militantisme porcin… vu la nature même du singulier combat à mener contre les résistances porcines » ? Créé en 2004, regroupant 250 parlementaires, le club se donne pour but rien moins que « d’impliquer la République dans la défense d’une nouvelle cause nationale : le cochon… ce trésor culturel français en passe d’être grillé sur le bûcher de l’idéologie bobo » ! (Porc magazine, juillet août 2008). Aurait-on affaire à des adeptes branquignoles d’un nouveau surréalisme agricole, à un fanclub collectionneur de tirelires ou de tirebouchons, à des disciples ubuesque d’Alfred Jarry ? Le lobbyiste parlementaire Marc Teyssier d’Orfeuil (Com’publics, 10 salariés, 1,6 millions de chiffre d’affaire en 2007 -Le Monde 2/08/08), créateur, avec Guillaume Roué et Jacques Lemaître, de ce club de croisés anti-bobos laisse percer le bout de l’oreille -« large white » ? quand il annonce qu’« au moment de la Loi sur l’eau, on a réussi à écarter ce fameux amendement qui visait à faire porter uniquement sur le hors sol le financement de la redevance élevage ». Les humoristes agricoles ont finalement les pieds… sur le caillebotis.


Écho des marais Eté 2008 (144)dessin Nono

Bouffe à deux vitesses
Lors d’un conseil municipal, le maire de Plouha (22) a justifié l’extension-régularisation d’un élevage porcin de 3 709 équivalents animaux en déclarant « ce type d’élevage est nécessaire car il permet de nourrir des populations à moindres frais » (Le Télégramme 24/05/08). Dans la foulée, le conseil municipal a voté un avis favorable, malgré un bémol de sept abstentions. Ces sept abstentionnistes font sans doute partie de ceux qui souhaiteraient être nourris à grands frais. Cochon ou Fauchon, faut choisir !

Écho des marais Printemps 2008 (143)

Langue de bois 
Un chat s'appelle un chat, une truite s'appelle une truite, mais en Bretagne, la pollution ne s'appelle plus pollution. À l'occasion de la présentation du bilan du programme régional de lutte contre les algues vertes, baptisé "prolittoral" - pourquoi pas anti-ulves ? -, les intervenants ont fait assaut de contorsions pour éviter de froisser. Un véritable concours international d’euphémismes !
La pollution en nitrates est subtilement devenue le "niveau nutritionnel", ce qui, chacun en conviendra, est beaucoup moins douloureux… L'inapplication du principe pollueur-payeur s'est généreusement transformée en "mutualisation solidaire". Interdit de parler de la surconcentration du cheptel sur certaines zones; dorénavant c'est la notion de "parcelle parking" qui s'impose… Et si la marée verte s'est aggravée de 15 % cette année en Bretagne, c'est évidemment le résultat conjugué de la "contribution sédimentaire en sels nutritifs", de la "lame d'eau drainante" et d'un moindre "abattement des flux". Tout ceci pour expliquer que "la pertinence des actions pouvait être affinée", au lieu de dire simplement que les quelque 2 millions d'euros consacrés à ce programme n'ont finalement pas servi à grand-chose, sinon à mieux apprécier l'étendue des dégâts.


Écho des marais Hiver 2007/2008 (142)

My country, right or wrong !
(Je soutiens) Mon pays, qu’il ait raison ou tort !
Cette profession de foi en forme de slogan a eu longtemps cours (l’a-t-elle toujours été?) parmi les citoyens d’un grand pays démocratique. Il semblerait que notre ministre de l’écologie en ait adopté le principe, « My préfets, right or wrong ! », puisqu’il fait appel du jugement sur les marées vertes mettant en cause les manquements des représentants de l’Etat. Au-delà de l’aspect
« un-vrai-chef-n’abandonne-pas-ses-hommes-putain ! » de la démarche, une constatation s’impose. Le premier titulaire d’un nouveau ministère qui devait être porteur d’un véritable esprit révolutionnaire se révèle tout bonnement adepte d’une reprise de méthodes pathétiques !
Mais quel que soit le rendu de cet appel, l’esprit supposé de ce ministère et le souffle - un peu court - du Grenelle ne peuvent qu’en pâtir.
Si les fonctionnaires qui disent le droit confortent à nouveau le point de vue des associations parties civiles, le ministre et son ministère sont ridiculisés et discrédités.
Si le « bien fondé » de la position ministérielle est reconnu, c’est la volonté d’action pro-environnementale affichée du président et de son ministre qui se volatilisent. God save the Borloo !

 

crédits - mentions légales - plan du site - contact